NOVEMBRE 2013

La lettre militaire ou ce qu'il en reste…

143-1.jpg

Une lettre d'Algérie en FM (Franchise Militaire) A cette époque le 
courrier militaire était gratuit. 

La Poste aux Armées va disparaître ou peut être a-t-elle déjà disparu. C'était prévu en 2013. On avait déjà perdu les vaguemestres dans les régiments, pourquoi pas la Poste aux Armées ?

On sait qu'elle sera remplacée par une société privée et à un prix bien différent.

C'est une institution bien ancienne qui disparait au nom de la sulfureuse Loi de Programmation Militaire, entreprise de démolition diront certains.

Il faut remonter à Louis XIV pour trouver un service d'estafettes qui acheminait les plis royaux aux armées en campagne et plus communément le courrier, mais ce dernier n'était pas prioritaire d'où un manque de suivi certain.

Sous le premier empire  l’état de guerre quasi permanent  a rendu nécessaire une organisation importante de la poste aux armées dont un règlement général est publié en 1809.

L’autorité du directeur général de la poste, rattaché à la direction générale des postes, commence au bureau frontière où se fait l’échange des lettres destinées aux armées en campagnes. Dans les pays occupés, la poste aux armées a pour instructions de ne pas se servir des postes locales et institue de véritables routes de postes avec maîtres de poste et postillons.

Ce service est établi  à la demande de Napoléon.
La poste aux armées a une autre responsabilité : rattachée à l’intendance, elle assure le transport et la distribution des fonds. C’est ainsi que sont créés les premiers mandats.

 En général la poste aux armées est active en temps de guerre, elle prend le relai de la poste normale près de la zone des combats pour acheminer le courrier et les colis jusqu'au front.

Le début de la première guerre mondiale  va être un moment déterminant pour la poste militaire car du jour au lendemain, enfin presque, des millions de lettres vont devoir circuler car en ce début de siècle le principal moyen de communication à distance est la lettre, la chose écrite ! Mais il n'y a pas que des lettres, il y a des télégrammes, des cartes, des mandats et surtout des colis. Le colis c'est le cadeau de Noël du soldat quelque soit le moment de l'année car il va y trouver les choses de chez lui, de la nourriture surtout car l'ordinaire est souvent rude au front. Il va trouver des effets chauds, chandail, bonnet, gants, chaussettes qu'il aura demandé précédemment dans une lettre. Le commandement tolèrera largement que les poilus portent des effets civils car l'Armée ne pourra pas les fournir tout le temps.

Les postiers militaires feront des miracles quotidiens pour que le courrier arrive partout car son transport n'est toujours pas prioritaire. Il faut ruser mais ça, le gaulois sait le faire.

Merci aux obscurs postiers de guerre qui savaient l'importance d'une lettre pour le soldat et qui on tout fait pour que ça passe. 

Pour illustrer l'importance du courrier  en temps de guerre voici le témoignage d'un de nos anciens d'Algérie, Jean-Claude Launay de la CA qui le raconte avec justesse. C'était en 1960.

Pas d'internet, pas de téléphone, quelques postes radio (dans mon groupe il y avait un gars qui m'a fait découvrir  "le transistor" et "le rasoir à piles"....c'était un BRAUN....celui là avait toujours le visage d'un chérubin !!

Dans ces conditions il est aisé de comprendre la place du courrier dans notre vie. Il était le SEUL LIEN avec les Nôtres.

Il faut tenir compte dans ces échanges de lettres du délai  de réception selon qu'elles étaient  par bateau ou voie aérienne. La distribution du courrier était très importante pour le moral de la troupe surtout pour nos camarades appelés et pour certains mariés.

Il fallait d'abord être en B.A. (Base Arrière) pour écrire (pas envie en arrivant d'opé. crevé, sale !)

 Après avoir monté les tentes et récupéré ses affaires, s'être remis en état, nettoyé l'armement, trié les effets déchirés et les rangers HS pour les mettre "au change".....Le premier de nos soucis était bien sûr d'être en conditions pour le prochain départ qui pouvait  être imminent.

La lettre écrite était déposée chez le vaguemestre au bureau postal....

Dans le meilleur des cas un sujet abordé, une question même importante, posée, n'obtenait réponse qu'une quinzaine de jours plus tard !!

Il n'est pas difficile de comprendre la fébrilité  des appelés et des mariés  au moment de la réception du courrier "arrivée" et j'imagine sans peine l'angoisse de leurs proches lorsque la lettre tant attendue n'arrivait pas. Les jours devaient être longs pour la mère, la femme ou la fiancée.

Pas trop de souci pour moi, je me débrouillai pour avoir plusieurs "fiancées" recrutées lors de  mes permissions.......Ces échanges épistolaires meublaient mes repos et ont eu le gros bénéfice d'améliorer  mon orthographe.

Au retour d'opération, il y avait donc la distribution du courrier qui donnait du baume au cœur. On partait alors s'installer et pour se réserver la sublimité de la lecture, on s'allongeait sur son lit picot en fumant une "troupe".

Durant les opérations qui duraient longtemps le courrier était largué par "sac postal"  à très basse altitude par un avion d'observation "Piper" ou un hélico à l'occasion d'une liaison. Le service de la poste aux Armées fonctionnait très bien.....sans eux je ne pense pas que "l'Armée de conscription" aurait tenu ces années......

 

De nos jours il y a internet, le téléphone portable, Skype, on se parle, on se voit, les nouvelles sont instantanées, la Poste Militaire à toutefois encore du travail avec les colis et quelques irréductibles qui aiment écrire.

Il est vrai qu'une lettre ça peut se garder dans une poche et se relire à tout moment.

Une lettre ça n'a pas besoin d'électricité.

Une lettre ça se parfume.

Une lettre ça se ramène à la maison et un jour ça se retrouve des années après…

Une lettre ne meurt jamais.

 

                                                                       ADC ® Jacques ANTOINE

 

 leguennec-andre-tue-250354.jpgA Dien Bien Phu, le SCH André Leguennec de la 2e Cie
distribue le courrier de sa section. Il sera tué sur Dominique II le 25 
mars 1954. 

 vaguemestre-afgha-2008.jpg

 Afghanistan 2008. Le vaguemestre de la Task Force Chimère.

Commentaires (1)

1. le gaillon 08/11/2013

En voilà une retrouvaille ,il était dans ma Cie avec le Cne Decours .
Très bien le petit papier sur la poste aux armées .
Merci encore pour ce site .

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau