JUILLET 2013

sans-titre-1-7.jpg

Drôle de question me diront certains : de Cyr voyons ?

Non, d'Orléans si on pense à Eric qui va bientôt partir ! Rétorqueront d’autres.

Ou de Nantes si on pense à Vincent qui va bientôt arriver.

En fait c’est vrai, ma question est mal posée. Je pensais au mot colonel simplement. Alors d’où vient l’appellation de colonel ?

Ce mot vient de l’italien colonello tiré de colonna ( troupe en colonne ).

La fonction de commandant de régiment fut créée en France par Henri II : Le Mans 1133- Chinon 1189 (celui qui s’est marié avec Aliénor d’Aquitaine  voyons !)

Le terme colonel était alors lié à la puissante dignité de colonel-général jusqu’à la suppression de cette fonction par Louis XIV : St Germain en Laye 1638- Versailles 1715  (celui qui eût entre autre pour maîtresse Madame de Montespan) .

A partir de cette époque, colonel évoque le commandement mais surtout la propriété du régiment. On pouvait être directement promu colonel en achetant  un régiment, parfois on le faisait pour un nouveau-né. On disait alors qu’il était « colonel à la bavette ». Le commandement effectif était confié à un « lieutenant du colonel » qui deviendra vite un lieutenant-colonel, toujours un officier chevronné mais trop pauvre pour s’acheter un régiment.

 L’ordonnance de 1758 et surtout celle de 1176 exigèrent, pour les colonels, d’abord un âge minimum de 25 ans  puis plus tard 14 ans de service au moins pour être nommé.

En 1793 les colonels devinrent des chefs de demi-brigades. En 1803 ils retrouvèrent  leur fonction désormais inchangées, de commandants de régiment.

 A présent, une curiosité :

Revenons au colonel-général, fonction créée par François 1ier : Cognac 1494- Rambouillet 1547 (Marignan 1515 c’est lui !)

Le colonel-général de l’infanterie, par exemple était le chef suprême de cette infanterie et possédait la première compagnie de tous les régiments qu’il avait sous ses ordres. L’unité en question était alors appelée la « compagnie colonelle ». Elle était commandée par un capitaine choisi par lui et cette compagnie était la seule à arborer un drapeau blanc, emblème du chef suprême.

Après la suppression de la charge de colonel-général, la première compagnie du régiment devint celle du chef de corps et conserva le nom de « compagnie colonelle », sauf dans les  gardes suisses  où elle s’appelait « compagnie générale » (allez savoir pourquoi ?)

Cette dénomination de « compagnie colonelle » disparut en même temps que la monarchie.

      Une autre curiosité :

Une trace est restée pourtant, le passant blanc de la première compagnie qui trouverait son explication ici. Seulement c’est beaucoup plus compliqué que cela car la couleur réglementaire de la première unité dans un régiment d’infanterie, même parachutiste est le bleu.

En revanche il devrait  y avoir du blanc sur son fanion actuel or il n’y en à pas, et ce blanc n’aurait rien à voir avec le passé et la « compagnie colonelle ». Pas simple comme explication allez vous me dire, mais cela peut s’expliquer même si au « 8 » on n’a vraiment pas fait comme les autres.

 Je vous en parlerai un peu plus tard…. des fanions du 8…

 

                                                                                                    ADC ® ANTOINE Traditions

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau