TEMOIGNAGES,DOCUMENTS.....

 

 

                                  QUAND LE 8 N’ETAIT PAS PROFESSIONNEL.

 

Témoignage du colonel de Réserve Pierre AMIEL, aspirant puis sous-lieutenant au 8 en 1968-1969

 

Les cadres appelés O.R.

 Affecté au 8 ème RPIMa au 1er mars 1968 j’arrivais de Coëtquidan où j’avais obtenu le brevet de chef de section après 4 mois de peloton E.O.R.Du 11 mars au 16 avril stage de parachutiste à Pau E.T.A.P.Titulaire du brevet de PMS et de parachutiste prémilitaire depuis 1961 j’avais déjà une expérience de 80 sauts.Nous étions 5 camarades sursitaires du même peloton EOR.Nous habitions le mess Baudecourt.Volontaires, nous avions des passions diverses :effectuer un service sportif et actif pour les uns , cultiver les valeurs parachutistes apprises dans les livres pour ,d’autres.Les années 1967 1968 1969 , après l’Algérie ,  étaient difficiles à accepter. Nous les vivions comme une défaite et un sacrifice humain inutile.

Nous portions l’horrible béret beige et mou !

Nos capitaines  Cluzet    Lepage    Briançon-rouge ,  étaient muets sur le sujet et ils étaient tristes et  un peu distants « service-service »Seuls les « chibani » commandants Vincendon , Muguet ,Delpit , nous donnaient des conseils et savaient être chaleureux :« AMIEL, j’aurai peut-être à vousretenir. Je ne veux jamais avoir l’obligation de vous pousser ! » .     « à vos ordres, Mon Commandant ! »

 Du 1er mars 1968 au 1er septembre 1969  j’ai tout donné à mes parachutistes : du temps , de la sueur , de l’attention  et surtout de l’estime.

 

L’arrivée des conscrits  les « classes »

Bâtiments  , tenue , armes.

 Affecté à la 11è Cie j’ai reçu 2 contingents soit au total 90 garçons. Je ne pensais pas commander des « appelés » et des « engagés ».Nous connaissions généralement le statut de chacun.Je disais seulement « mes garçons » , quelquefois « mes hommes » !!

M’ont été confiée les sections 68 1C et 68 2A (mai juin  juillet août).

Encadrement  dynamique : sergents PENNES   CONRADI     LEQUIN   SIMEONI   FRANCOIS    MONLONG.Caporaux BOUANET  ADNET  MARCHAND CATTEAU.45 puis 46  jeunes gens dont j’ai les noms dans un carnet.Ils venaient de régions diverses , ile de France  sud ouest  centre.Dans l’ensemble ils détenaient le BTPM 2  , prémilitaire parachutiste , avec 4 sauts de jour sans équipement depuis le Noratlas  2501.Professions agricoles et manuelles , CEP  CAP  salariés , ils atteignaient leur 20è anniversaire. Avec mes 25 ans j’étais leur ainé mais devais leur donner l’exemple physiquement d’abord. Ensuite je leur fournissais la formation morale (instruction civique ,patrie , nation , état , la coloniale , les paras) 8000 m , 1500 m , 5 m de corde , porter un homme de son poids sur 90 m .Flexions, pompes,  abdominaux, tractions (barre fixe)En deux mois le jeune français étonné et vaguement barbu sur le quai de la gare de CASTRES devenait  un coureur correct   , un grimpeur non essoufflé et même un nageur moyen sur 25 m.

Chaque chambrée comportait 15 lits. Le plancher était ciré par les recrues et à l’entrée des chambres 47,  66,  67  , 1er et  2ème étage de la 11è Cie , on pouvait lire les panneaux    « prennez les patains » ,j’étais ravi ! A force de revues de détails ils devenaient soigneux et propres.

Nos tenues VA vert armée à pressions ,qui remplaçaient la tenue camouflée étaient dans l’ensemble à  notre  taille , pour l’entraînement courant et le parcours du combattant nous utilisions le treillis 42 marron à boutons.La marche de la fourragère , 2 jours et une nuit ,  venait ponctuer les derniers efforts et cette cordelière rouge et bleu T.O.E. symbolisait l’héritage de l’Indochine :  en chambrée je le leur expliquais longuement.

 Dès les premiers tirs d’entrainement au FSA 49  56 nous parlons de la mort , celle que l’on donne avec une arme, celle que l’on reçoit , j’étais souvent surpris de leur réaction et de leur bon sens   «il faut défendre sa peau » En période de guerre froide je leur conseillais de réfléchir sur l’éventualité de tirer sur des « popof » , les discussions n’étaient pas sans intérêt.L’esprit de section puis de Corps commençaient à poindre.Les sauts de brevet, à PAU, venaient parfaire le travail de formation morale.Après 2 mois sans permission le moule donnait ses premiers dessins =  sportifs , aimant le chant , appréciant la vie de groupe et insouciants,  ces jeunes français retournaient en famille.Ils seraient ensuite affectés en compagnie de combat d’appui ou de services.

 En fin d’instruction l’encadrement prenait le temps de choisir un souvenir pour le chef de section.L’aspirant que j’étais a conservé dans sa bibliothèque l’ouvrage de Pierre SERGENT « ma peau au bout de mes idées » Je cite la dédicace de l’un d’entre eux :« Votre foi des paras vous honore, à vous j’aurai voulu ressembler mais l’heure de cette gloire est passée , elle ne nous reste qu’en pensée , car bien que les ayant pas désirés, j’avais fini par les aimer , à mon chef de section l’aspirant Amiel. »

 Oui, ils étaient, nous étions des appelés , à 16 mois de service et  plus dans des cas d’O.R.S.A.

Ils sont partis volontaires à BANGUI , BOU SFER  , LIBREVILLE avec enthousiasme réaliser ce que nous leur demandions .Et s’il avait fallu se battre nous aurions fait de notre mieux à l’imitation de nos anciens.

   15 juin 1968 Remise de fourragères Les 4 chefs de section de la 11ième compagnie. SLT AMIEL Pierre Au milieu avec des lunettes le LTN REY dit "Naf-Naf" officier adjoint.En face d'eux, le CNE WIRTZ Gérard commandant la 11 qui donne ses ordres.

 

15 juin 1968

Le SLT AMIEL remet la fourragère des TOE à Jean marie Salomon de la classe 68 1 C (mai juin)
comptable dans le civil à Caux (34)
Derrière lui Mohamed Lakdari  papetier dans le civil, très sportif,  venait de Dordogne

 

8 mai 1969

Défilé dans Castres de la 2è compagnie en tenue satin 300.

Capitaine Linke, commandant d'unité.

1er peloton

Sous -lieutenant Legrelle

Lieutenant Pannequin 

___________________________________________________________________________________________

document adressé aux parents des appelés de la classe 66 2B ( adressé au site par Mr Caporal Marchal JP)

  001.jpg 

_____________________________________________________________________________________________________________ 

   

PHOTO CLASSE 71/06                                                                            

Commentaires (1)

1. GOURU Stéphane 16/01/2018

Bonjour à tous. Engagé au titre du 1er RPIMa en août 69 - brevet 291410 - je pars pour le 1er RIAOM Dakar le 13 juin 70 - affecté à la SLA je deviens pendant 26 mois le plieur attitré des moniteurs - de retour en août 72 je suis muté au 8ème RPIMa à la 1ère Cie avec le Cne RICARD - je quitte le "8" 3 ans plus tard pour le 13ème RDP à Dieuze et fini ma carrière après 18 ans de service au sein du 6ème Régiment de Cuirassiers à Olivet (45) - Paramicalement à vous tous mes frères d'armes.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau